Chacun s’est bien rendu compte que de nombreux pays, tout comme de simples villes, s’enlisent sous le poids de dettes faramineuses. Les pays concernés, consacrent des sommes d’argent de plus en plus anormales, pour honorer le remboursement de leurs dettes, au détriment de leurs citoyens, dès lors, de plus en plus appauvris. A qui profite donc ces « dettes » d’états, de villes et même celles individuelles de citoyens ?

Le port commercial de Marseille. Photo E.G.

Quel est le système mis en place et par qui ? … Les banques accordent des prêts aux compagnies d’ingénierie et de construction, pour leur permettre de créer et de développer des infrastructures dans les pays et les villes qui en manquent (centrales électriques, autoroutes, ports, aéroports et autres zones industrielles… ). Au départ, et selon John Perkins, qui fut comme il se nomme lui-même, l’un de ces assassins financiers : « Ce sont des professionnels rusés et grassement payés, qui font du sabotage économique, en s’occupant de convaincre certains pays ou villes, stratégiquement importantes. Leurs armes principales : les rapports financiers frauduleux, les élections truquées, les pots de vin,

Ils étaient plus de 500 citoyens venus de France et bien sûr de Carpentras… Pour soutenir Nicole Briend, qui comparaissait ce 6 février 2018, pour avoir réquisitionné une chaise dans les locaux de la BNP : »Tout le monde doit être traité de façon juste. Si j’ai bravé la légalité, c’est parce qu’elle n’est pas juste ! » précise Nicole. Elle avait participé aux actions des « Faucheurs de chaises » organisées par Attac, pour dénoncer l’évasion fiscale des banques. En fait, il y eut en tout 196 chaises de réquisitionnées, qui furent ensuite rendues sur Paris et déposées devant le Palais, lors du procès Cahuzac.